Carnet Noir : Hub Van Laar, célèbre fabriquant, créateur de la marque éponyme est décédé

Le monde de la musique est encore sous le choc. Disparu à seulement 58 ans, Hub Van Laar a aidé de nombreux trompettistes à trouver l’instrument parfait en confectionnant depuis près de 30 ans des instruments sur mesure. Portrait de cet artisan qui manquera beaucoup à la communauté des musiciens et notamment des trompettistes.

Disparu le 24 décembre, Hub Van Laar était le créateur des instruments Van Laar. Les funérailles auront lieu samedi 31 décembre à 13h00. Elles peuvent être suivies en direct sur https://www.twitch.tv/sxcsolutions.

Aujourd’hui, nous vous proposons un hommage rédigé par son ami Ralph Henssen.

In Memoriam Hub van Laar (1964 – 2022)

Par Ralph Henssen.

« Tout ce que vous faites dans la vie n’est qu’une question de sentiments ».

Hub Van Laar

Le 24 décembre 2022, le luthier néerlandais Hub van Laar est décédé dans sa résidence de Margraten. Hub est né le 22 mai 1964 et a grandi dans la petite ville de Sibbe, dans le sud des Pays-Bas. Hub a reçu ses premières leçons de trompette très jeune puis quelques années plus tard, il s’initie au trombone à pistons, puis au trombone à coulisse, au cor, au tuba basse et au tuba ténor. Hub était un musicien talentueux, qui n’avait pas besoin de beaucoup s’entraîner pour bien jouer, le directeur de l’harmonie le faisait changer quand un certain instrument était nécessaire.

Adolescent, Hub a participé en tant que tromboniste au concours de la Jeunesse Musicale à Bruxelles. Il interprète le Concertino pour trombone de Ferdinand David (1810 – 1873). Malgré le stress qu’il pouvait ressentir, il a si bien joué le Concertino qu’il a remporté le concours.

En 1982, Hub rejoint l’armée pour son service militaire. Il devient alors membre d’une musique militaire, située à Amsterdam. En raison du trac qu’il ressentait lorsqu’il devait se produire, Hub s’oriente vers le métier de réparateur d’instruments de cuivre. Alors qu’il était encore au service militaire, il parcourt l’Allemagne à la recherche d’un emploi d’apprenti luthier, un soi-disant « Lehrstelle ». Sans succès, Hub commence à travailler à Schenkelaars à la sortie de son service militaire. Schekelaars était une entreprise néerlandaise bien connue qui fabriquait des cuivres et des saxophones. Hub connaissait bien les instruments de Schenkelaars, car ils étaient utilisés dans la fanfare de l’armée, dans laquelle il avait joué.

En 1985, Hub trouve une place de « Lehrstelle » en Allemagne. Pendant cinq ans, il travaille comme apprenti chez le célèbre Norbert Böpple au Musikhaus Barth à Ludwigsburg. Le rythme s’organisait ainsi : trois mois de travail avec Böpple puis 6 semaines d’école. Hub travaillait sept jours sur sept, de 7 heures du matin à 22 heures, car il était déterminé à apprendre le plus possible dans le temps limité à Ludwigsburg. Il travailla comme réparateur d’instruments de cuivre, fabriqua des pavillons et des embouchures.

Le 1er mai 1990, Hub van Laar, âgé de 26 ans, ouvre son propre atelier à Termaar, une région de Margraten, où l’atelier est toujours situé. Il commence comme réparateur et grâce à son savoir-faire et aux nombreux orchestres à vent du sud des Pays-Bas, l’entreprise prospère rapidement. En tant que réparateur, Hub a vu beaucoup de bugles et a été convaincu qu’il pouvait en fabriquer de meilleurs. Lors de son apprentissage à Ludwigsburg, il avait déjà fabriqué son premier bugle Van Laar. Cependant, les tout premiers instruments que Hub – en tant qu’ancien tromboniste – ont produits dans son propre atelier étaient des trombones basses, 24 au total. Après cela, Hub commence donc à fabriquer des bugles, son instrument de cuivre préféré. Puis, Hub commence à développer des trompettes, d’abord les trompettes en si bémol et plus tard les trompettes en ut. Après quelques années, il se lance également dans la fabrication des trompettes piccolo et des cornets. Il était fier du fait que toutes les pièces (même les pistons) étaient fabriquées dans son propre atelier.

Hub avait un lien particulier avec le célèbre musicien de jazz néerlandais Ack van Rooyen (1930 -2021). Hub avait rencontré Ack pour la première fois à Ludwigsburg. Alors que les bugles de Hub devenaient assez connus, Ack appela Hub et lui demanda s’il pouvait essayer quelques instruments. Hub a conduit de Margraten à Ack van Rooyen à La Haye avec quelques instruments. Depuis lors, Ack jouait exclusivement des bugles Van Laar.

Un jour, l’architecte belge Mario Garzaniti est venu à l’atelier de Hub pour essayer des instruments. Garzaniti a été impressionné par le son et la jouabilité du bugle Van Laar R3. La seule chose qu’il n’aimait pas, c’était son design. Hub lui a dit que s’il faisait un nouveau design, il le construirait, mais seulement s’il sonnait bien. En trois jours, Mario a réalisé environ deux cents dessins. Hub a commencé à le construire et le premier bugle OIRAM (« Mario » épelé à l’envers) est né.

Enfant, Hub voulait deux choses dans la vie, construire des trompettes et être fermier. L’une de ses devises était : « tout ce que vous faites dans la vie, c’est une question de sentiments ». Avec le recul, il avait presque réussi, puisqu’il travaillait à devenir complètement autonome dès l’année suivante, en cultivant ses propres légumes et en élevant quelques cochons pour la viande.

Hub nous manquera beaucoup, non seulement en tant que fabricant de trompettes de classe mondiale, mais aussi en tant qu’ami pour beaucoup d’entre nous. Les condoléances de toute notre communauté de trompettistes vont à sa femme Heidrun Joechner, sa famille et l’équipe de Van Laar Trumpets. Dans l’esprit de Hub, Heidrun et l’équipe de Van Laar Trumpets continueront à fabriquer les célèbres instruments Van Laar.

Ralph Henssen

Hub Van Laar au centre lors du Forum du Trompettiste à Gignac en juillet 2022 entouré de Ralph Henssen à droite et Fabian Flament à fauche
Trompette Actus

GRATUIT
VOIR